Planification Familiale au Burkina Faso
Recherche

L’Approvisionnement des Produits Contraceptifs dans le Secteur Public et Associatif au Burkina Faso

Retour vers Environnement de l'Approvisionnement

Dans le cadre de son programme de renforcement des systèmes de santé, l’Organisation Mondiale de la Santé se réfère aux commodités comme « des produits médicaux, vaccins et technologies », mais dans le jargon de la planification familiale, le terme « commodités » est utilisé plus particulièrement en référence aux produits contraceptifs. Un slogan est souvent utilisé pour souligner leur importance : « Pas de commodités, pas de programme ».

Le Burkina Faso compte parmi les quelques pays en Afrique à avoir mis leur plan de sécurisation contraceptive en œuvre. Il a élaboré une stratégie innovante de financement du secteur public, laquelle a été mise en place avec peu d’assistance technique. Le Ministère de la Santé est également impliqué à tous les niveaux du système d’approvisionnement et de distribution de commodités.

La « sécurisation contraceptive » est le maintien du flux de contraceptifs vers les formations sanitaires du pays nécessitant ces produits. Ce processus comprend la sélection de commodités, l’anticipation ou l’expression ou quantification des besoins, l’approvisionnement ou l’acquisition, la livraison, le stockage, la distribution l’utilisation et le suivi-évaluation de l’assurance qualité de ce processus dans son ensemble.

Ce processus est également appelé « cycle logistique » dont la maîtrise est gage d’une réussite de sécurisation des commodités en général et particulièrement des contraceptives. Le système d’information en gestion logistique (SIGL) est le moteur de ce cycle. Il existe des supports de collecte harmonisés des données à tous les niveaux : centre de santé et de promotion sociale (CSPS), district sanitaire (DS), direction régionale de la santé (DRS). Les rapports du système d’information à tous les niveaux indiquent les éléments essentiels des données logistiques. Le CSPS doit soumettre son rapport au district au plus tard le 05 de chaque mois suivant le mois objet du rapport.

Le district compile et analyse les données reçues de l’ensemble des formations sanitaires de son aire de couverture et celles fournies par le dépôt répartiteur de district (DRD). Ces données qui comprennent notamment celles de consommation et celles relatives aux stocks disponibles et utilisables et les données de perte sont transmises trimestriellement à la région au plus tard 15 jours suivant le trimestre de rapportage.

La région sanitaire à son tour compile les données des districts et les envoie trimestriellement à la Direction de la Santé de la Famille (DSF) au plus tard 25 jours suivant le trimestre de rapportage.

Le Cycle Logistique

Source : Outil d’évaluation du système logistique (OESL) ; USAID/PROJECT DELIVER

PRIX DES CONTRACEPTIFS VENDUS AUX USAGERS DANS LE SECTEUR PUBLIC

Désignation (Produit) Type Conditionnement Prix Dépôt répartiteur de district (DRD) Prix de vente au public
FRS CFADollars US FRS CFA Dollar US
Condom masculin 1 pièce 5.4 0.0108 10 .02
Codnom féminin 1 pièce 40 .08 65 .13
implant Jadelle 1 pièce 660 1.32 1000 1
injectable Dépo provéra 1 dose 325 .65 500 1
DIU Copper T 380A TCu 380 1 pièce 537.5 1.075 1000 2
Pilules microgynon 1 cycle 75 0.15 100 0.2
Ovrette 1 cycle 75 0.15 100 0.2
Source: Ministère de la santé

Prix des organisations exécutant des programmes de PF a partir de 2013



MSI (Marie Stoppes International)


Désignation (Produit) Type Conditionnement Prix clinique Prix équipe mobile
FRS CFA Dollars US FRS CFA Dollars US
implant Jadelle 1 Pièce 2500 5 600 1.2
DIU Copper T 380A TCu 380 1 Pièce 1000 2 500 1
injectable Dépo provéra 1 dose 800 1.6 350 0.7
Pilules Microgynon 1 cycle 100 0.2 75 0.15
Microlut 1 cycle 200 0.4 75 0.15
Planif 1 cycle 200 0.4
Contraception d’urgence 1 dose 2000 4 750 1.5
Condom masculin 1 Pièce 10 0.02 10 0.02
Condom féminin 1 Pièce 100 0.2 100 0.2
Ligature des trompes 5000 10 500 1
Vasectomie 2000 4 500 1
Source : MSI (Ces prix inclussent l’insertion pour les implants et l’injection pour les injectables)

ABBEF (Association Burkinabè pour le bien-être familial)


Désignation (Produit) Type Conditionnement Prix de vente au public
FRS CFA Dollars US
Condom masculin 1 Pièce 10F 0.02
Condom féminin 1 Pièce 100F 0.2
DIU Copper T 380A TCu 380 1 Pièce 1000F 2
Injectable Déopo-provéra 1 dose 800F 1.6
Noristérat 1 dose 500F 1
Pilules Ovrette 1 Cycle 100F 0.2
Microgynon 1 Cycle 100F 0.2
Pregnon 1 Cycle 1000F 2
Comprimés vaginaux Néo-sampoon Tube/20 200F 0.4
implant implant 1 pièce 1000F 2
Source : ABBEF (Ces prix inclussent l’insertion pour les implants et l’injection pour les injectables)

PROMACO (Programme de marketing social et de communication pour la santé)


Désignation (Produit) Type Conditionnement Prix de vente au public
FRS CFA Dollars US
Condom masculin 1 pièce 75 0.15
Condom féminin 1 pièce 200 0.4
Pilule Planif 1 cycle 200 0.4
Source: PROMACO

Coûts des produits contraceptifs par niveau de la chaine de distribution


DESIGNATION PRIX CAMEG PRIX Dépôt Régionale de District (DRD) PRIX Dépôt de Médicament essentiels génériques
1 Collier de Cycle 325 350.00 500
2 Dispositif Intra Utérin (DIU) TCu 380 A 500 537.5 1000
3 Lévonorgestrel (Jadelle) 75mg 600 645.00 1000
4 Lévonorgestrel 0,0375mg (Microlut) 60 64.5 100
5 Lévonorgestrel 0,15mg + éthinyl oestradiol 30µg (Microgynon) 60 645.5 100
6 Médroxyprogesterone (Dépo-provera) 150mg/3ml inj. 300 322.5 500
7 Norgestrel 0,30mg + éthinyl oestradiol 0,030mg (Planif) 455.01 489 600
8 Préservatifs Féminins lubrifiés 60 66.00 100
9 Préservatifs Masculins lubrifiés 5 5.38 10

Les prix des produits contraceptifs par niveau du marketing social


CONTRACEPTIFS UNITE PRIX (FCFA)
Grossistes Détaillants Consommateurs
Condom masculin Prudence® Pièce 11.36 13.64 18.75
Condom féminin Saramani® Pièce 65 75 100
Pilule Planif® Cycle 130.75 151.66 200

Les prix des produits contraceptifs dans les officines privées


CONTRACEPTIFS UNITE PRIX (FCFA)
Planif (Contraceptif oral combiné : Norgestrel, Ethinylestradiol) Boite de 3 cycles 600
Adepal (Contraceptif oral combiné : Levonorgestrel, Ethinylestradiol) Boite de 3 cycles 2.900
Minidril (Contraceptif oral combiné : Levonorgestrel, Ethinylestradiol) Boite de 3 cycles 2.900
Stediril (Contraceptif oral combiné : Norgestrel, Ethinylestradiol) Boite de 3 cycles 2.900
Condom masculin Boite de 12 pièces 2.800
*Norlevo (Pilule oral à progestatif seul : Lévonorgestrel) Boite d’un comp. 3.600
*LevoBD (Pilule oral à progestatif seul : Lévonorgestrel) Boite d’un comp. 2.100
*Vikela (Pilule oral à progestatif seul : Lévonorgestrel) Boite d’un comp. 3.620
*Protect pills (Pilule oral à progestatif seul : Lévonorgestrel) Boite d’un comp. 3.100

* Pilule contraceptive d’urgence

Un arrêté interministériel fixe chaque année les prix de vente de tous les médicaments y compris les contraceptifs aux différents niveaux du système de santé. Les prix indiqués dans les tableaux sont les prix effectivement payés par le client pour chaque méthode contraceptive à différents niveaux du système de santé. Le secteur public a défini les prix des contraceptifs lors d’un atelier de travail regroupant toutes les parties impliquées (gouvernement, donateurs, et distributeurs) et en utilisant un mécanisme de recouvrement du coût. Et chaque année, deux arrêtés conjoints du ministre en charge de la santé et de celui en charge du commerce fixe les prix des médicaments y compris les produits contraceptifs ainsi que les consommables médicaux. Pour l’année 2013, ce sont les arrêtés N° 2013-0073/MICA/MS portant fixation des prix de vente au public des médicaments essentiels génériques sous dénomination commune internationale au Burkina Faso et celui N° 2013-0074/MICA/MS portant fixation des prix de vente au public des consommables médicaux essentiels au Burkina Faso.

INITIATIVE DE SÉCURISATION CONTRACEPTIVE


À l’issue du Projet Population et Lutte contre le SIDA (PPLS) financé par la Banque Mondiale en 2010, le Ministère de la Santé du Burkina Faso a développé son Plan Stratégique de Sécurisation des Produits Contraceptifs sur 10 ans (2006-2015). Le plan a été établi dans le but de subvenir aux besoins résultant du faible engagement politique pour la sécurisation contraceptive, dont de fréquentes ruptures de stock, des formations inadaptées et un manque de suivi et de supervision. Le plan pose les bases d’un programme national de sécurisation contraceptive qui soit capable d’anticiper les besoins, d’identifier les financements appropriés et d’assurer l’approvisionnement et la distribution adéquate des commodités contraceptives.

Un des objectifs de ce Plan était de canaliser les financements de bailleurs de fonds vers le gouvernement, en augmentant la coordination et la collaboration entre tous les acteurs de la planification familiale, et en intégrant l’achat de contraceptifs au budget de l’État. Pour ce faire, le ministère de la santé a mis en place un comité de pilotage du plan de sécurisation des produits de SR. C’est un comité multisectoriel dont les attributions sont les suivantes :

  • Suivre régulièrement la mise en œuvre du plan stratégique de sécurisation des produits de SR ainsi que les recommandations issues des rencontres y afférentes,
  • Faire des suggestions en vue du renforcement des différentes interventions pour améliorer la sécurisation des produits de SR,
  • Assurer le suivi des activités de plaidoyer en faveur de la sécurisation des produits de SR.

Après trois ans d’application du Plan Stratégique de Sécurisation des produits Contraceptifs, le Comité de pilotage a mené une analyse situationnelle sur la période 2006-2008. Cette étude a conclu que les efforts de plaidoyer en faveur de la planification familiale ont contribué à:

  • une augmentation du financement de l’État et des donateurs destiné à l’achat de produits contraceptifs,
  • une augmentation des efforts visant à améliorer les services de planning familial et une augmentation du nombre d’agents formés,
  • une augmentation du nombre de formations sanitaires offrant des services de planning familial,
  • une augmentation de la capacité structurelle des formations sanitaires,
  • une augmentation de la communication, de la distribution communautaire, et du marketing social.

L’analyse a également souligné le rôle de ce Plan dans le renforcement de la capacité des acteurs impliqués dans la chaîne d’approvisionnement de commodités contraceptives au niveau régional, en instituant des ateliers d’élaboration des Tableaux d’Acquisition de Contraceptifs (TAC) comme outils de suivi de la distribution de ces produits et de quantification des besoins en contraceptifs assorti d’un plan d’approvisionnements.
Les TACs nationaux ont lieu tous les six mois depuis 2000. Quant aux TACs régionaux, l’exercice est également semestriel mais se tient avant les TACs nationaux et permet d’améliorer la qualité des données qui seront validées aux TACs nationaux.

De même, le Plan stratégique de sécurisation des produits contraceptifs a contribué à l’augmentation progressive de l’implication des hommes de média dans les activités de planning familial et de la santé reproductive (PF/SR) à travers la création d’un réseau de journalistes en faveur de la SR et l’élaboration d’un plan stratégique de communication en faveur de la PF/SR.

L’impact positif de la mise en œuvre de ce Plan stratégique sur la sécurisation des produits contraceptifs a encouragé le Ministère de la Santé à étendre ce plan à d’autres produits de la santé de la reproduction.
Cependant certaines faiblesses et contraintes ont été constatées lors de la de mise en œuvre de ce plan. Ce sont :

  • les retards dans la mobilisation des ressources aussi bien des partenaires que de l’Etat,
  • les difficultés de planification des financements,
  • la mobilité du personnel qui ne permet pas de pérenniser les acquis en matière d’offre de soins de santé, [Plan SPSR 2009-2015, P28]
  • le non-respect du plan d’approvisionnement des contraceptifs : une des causes des ruptures de stock,
  • l’Insuffisance de la qualité des données transmises par les formations sanitaires,
  • le faible taux de promptitude dans la transmission des données,
  • la faible prescription du DIU et de jadelle dans nombre de formations sanitaires par manque de personnel qualifié,
  • la faible consommation des Condoms féminins et de colliers
  • l’insuffisance de personnel formé en SIGL (Gérants et ICP) sur le logiciel CHANNEL et en PF clinique dans les districts.

Ainsi, le Ministère de la Santé a publié son Plan Stratégique de Sécurisation des Produits de la Santé de la Reproduction 2009-2015 en mai 2010, avec le soutien technique du Fonds des Nations Unies pour la Population. L’objectif stratégique de ce plan est le même que celui du précèdent Plan, à commencer par la création d’un environnement politique favorable à la sécurisation de produits de santé de la reproduction, permettant d’assurer la transition du financement des commodités contraceptives des bailleurs de fonds à l’État, améliorer la qualité des services de santé reproductive ainsi que celle du système d’information logistique, développer des actions efficaces pour promouvoir l’utilisation des services de planning familial, renforcer la coordination intra et inter sectorielle, et consolider le suivi et l’évaluation de l’application du Plan.

Comité de Pilotage du Plan de Sécurisation des Produits de Santé de la Reproduction du Burkina Faso


Institué par le Ministère de la Santé pour développer le Plan de Sécurisation Contraceptive, garantir le suivi de l’application du Plan, renforcer les systèmes d’information logistique et l’engagement des législateurs sur la sécurisation contraceptive, ce Comité de Pilotage du Plan de Sécurisation des Produits de Santé de la Reproduction du Burkina Faso n’a été officialisé qu’en septembre 2011 par arrêté ministériel, [Arrêté N°2011/361//MS/CAB portant création, composition, attributions et fonctionnement du comité de pilotage de la mise en œuvre du plan stratégique de sécurisation des produits de santé de la reproduction]. Il se réunit deux fois par an pour finaliser les plans techniques, et a un Comité technique qui n'a pas encore été officialisé qui se réunit quatre fois par an pour préparer les plans annuels. La présidence du comité de pilotage est assurée par le Directeur Général de la Santé de la Famille avec comme rapporteur la Directrice de la Santé de la Famille.

Les acteurs nationaux et internationaux impliqués sont :

En 2006, le Comité de Pilotage a persuadé le gouvernement d’inclure l’achat des produits contraceptifs dans le budget national en collaboration avec l’appui de l’UNFPA et de PROMACO. Sur recommandation de l’USAID et de l’UNFPA, le Comité de Pilotage a utilisé un outil qui a permis de faire une analyse de la situation des contraceptifs afin d’avoir des informations nécessaires pour concevoir le plan stratégique. C’est cet outil appelé « Stratégic Pathway for Reproduction Heath Commodity Security », c’est à dire l’approche stratégique pour la sécurité des produits de la santé de la reproduction (SPARHCS) qui a permis de définir les étapes stratégiques de la sécurisation des produits de santé de la reproduction, afin de créer le Plan stratégique de 2009-2015. C’est donc un outil pour l’évaluation, la planification et la mise en œuvre du plan stratégique.

Le plan national de relance de la PF 2013-2015 qui est actuellement en cours, inclut des objectifs spécifiques et des actions pour augmenter significativement la prévalence contraceptive à 25% et encourager 332 000 femmes en plus à utiliser des produits contraceptifs d’ici à 2015.

Haut de Page