Planification Familiale au Burkina Faso
Recherche

Bailleurs de Fonds

Banque Mondiale


Ousmane Diadié Haidara, Ph.D
Spécialiste en Santé Développement Humain
Email: housmanediadie@worldbank.org

Address:
01 BP 622 Ouagadougou 01 Burkina Faso

Tel: 226 50 49 63 00

La Banque Mondiale a commencé le financement des programmes de développement au Burkina Faso en 1954, mais c’est en 1985 que la Banque a commencé à soutenir des programmes de la santé de la reproduction et de la planification familiale, avec un programme qui s’appelle le Projet du Développement des Services Sanitaires. Dans les années 1990, l’appui de la Banque pour la santé de la reproduction s’est intensifié, surtout avec le Projet de la Population et le Contrôle du SIDA en 1994, qui a mis l’accent sur la baisse de la fécondité et la promotion des méthodes contraceptives modernes. Ce programme appuyait l’implémentation d’une politique nationale sur la population par l’amélioration de la qualité et l’accès aux services de la planification familiale (PF) et de la santé maternelle et infantile jusqu’à 2001, quand le programme a pris fin. Durant les années 2000, la Banque Mondiale a concentré ses financements sur le renforcement des systèmes de santé, la nutrition, la santé maternelle et infantile, le VIH/SIDA, et la prévention de l’excision. Les services de la santé de la reproduction faisaient partie de ce programme.

Le 9 novembre 2011, la Banque Mondiale a commencé un nouveau financement pour les programmes de santé de la reproduction au Rwanda et au Burundi, et ce même programme compte initier une phase pilote dans 5 régions et 10 districts de santé au Burkina Faso en 2012, avec leur stratégie de financement basé sur la recherche. Le programme met l’accent sur l’amélioration de la qualité des soins, la formation des prestataires, l’approvisionnement des médicaments et équipement, et la création de la demande pour services de la santé de la reproduction. Pour ce qui concerne la planification familiale, les objectifs du programme sont d’améliorer l’accès, la qualité et la quantité des services de la planification familiale, aussi que l’amélioration de la connaissance sur la PF, afin d’augmenter le taux de prévalence contraceptive. La Banque Mondiale soutiendra le Ministère de la Santé pour la phase pilote, qui prendra fin en 2015. Après une évaluation d’impact, la Banque jugera si le programme a réussi, et si oui, la Banque travaillera encore avec le Ministère de la Santé pour une prolongation et un passage à l’échelle. La Banque Mondiale finance également au du Ministère de la Santé les formations des prestataires de la planification familiale et les activités de CCC et plaidoyer au PADS.

La stratégie actuelle de la Banque Mondiale utilise une approche sectorielle et s’aligne avec celle du gouvernement burkinabè, qui s’appelle la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD). La Banque Mondiale met aussi en œuvre des analyses de la population et des études avec le Ministère de la Santé. Actuellement, la Banque Mondiale est le plus grand bailleur de fonds au Burkina Faso.

KfW / République Fédérale d’Allemagne (Coopération Financière Allemande)


Alero Agboghoroma
Chargée de Projet
Email: alero.agboghoroma@kfw.de

KfW Address:
Palmengartenstrasse 5-9, 60325
Frankfurt, Germany

Tel: +49 (0) 69 7431 – 1682

Bureau de la KfW Burkina Faso
Tel: +226 50 30 80 77

La KfW, au nom et avec des fonds budgétaires de la République Fédérale de l’Allemagne, travaille au Burkina Faso depuis 1994 avec SP/CNLS dans le cadre des phases I-III du Programme de Marketing Social et Prévention du VIH/SIDA, PROMACO. Le projet successeur de PROMACO III la « Programme de Prévention du VIH/SIDA et d’Appui à la Santé de la Reproduction » (PREVISAR) a démarré en 2007. Il a pour objectif de contribuer à réduire la prévalence du VIH/SIDA ainsi qu’à améliorer la santé maternelle. PREVISAR comporte trois volets : la lutte contre le VIH/SIDA, la Planification Familiale (PF) et la lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF). L’Agence de Marketing Sociale PROMACO est l’agence d’exécution. PROMACO I-III et PREVISAR sont financé par la KfW dans le cadre de la coopération germano-burkinabé.

Depuis 2011 Allemagne vers la KfW contribue au panier commun du Programme d’Appui au Développement Sanitaire (PADS).

En plus la KfW finance avec les fonds budgétaires de l’Allemagne le « Programme Régional de Santé de la Reproduction et Prévention du VIH dans la Région de la CEDEAO » qui est exécuté par l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) dans sa qualité de l’agence spécialisé dans la domaine de la Santé de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Le programme régional a pour objectif de contribuer à une amélioration de la santé de la reproduction de la population dans l’espace CEDEAO. Un Mécanisme de Financement régional (MFR) a été établi au sein de l’OOAS. Il est constitué de deux enveloppes, le « Fonds » d'achat des Produits (FAP) destiné à financier les bien de consommation SR et le « Fonds » de Renforcement des Capacités (FRC) qui sert à renforcer des activités relatives à la couverture et à l’augmentation de la demande des services de santé de la reproduction. Pendant la phase pilote le MFR n’est ouvert qu'à 5 pays pilotes dont le Burkina Faso. Les fonds prévus pour le MFR dans le programme sont distribués aux pays à travers des rondes de financement. Pour participer à une ronde de financement chaque pays rédige une demande nationale (requête) sur la base de la planification du pays. La demande se fait vers le Ministère de la Santé (à Burkina Faso le DSF) mais devraient également inclut des besoins du secteur privé (ABBEF, PROMACO).

Organisation Mondiale de la Santé (OMS)


Léopold Ouedraogo
Gynécologue Obstétricien, DU Epidémiologie Chargé du programme santé maternelle et neonatale
Email: ouedraogol@bf.afro.who.int
o_leopold@yahoo.fr

Address:
03 B.P.: 7019
158, Avenue de l’Independence
Ouagadougou 03 Burkina Faso

Bureau: 226 50 30 65 09

L’Organisation Mondiale de la Santé est particulièrement active au Burkina Faso, et a joué un rôle déterminant dans la promotion de la santé reproductive depuis l’Indépendance du pays en 1960, lorsque la planification familiale était encore illégale. La stratégie de coopération de l’OMS au Burkina Faso (2010-2015) a été établie dans le but d’accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans le domaine de la santé, et la santé maternelle et infantile fait partie des axes prioritaires retenus. L’OMS contribue au développement, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques de santé publique du pays, établit et coordonne des partenariats, et contribue à la mobilisation des ressources. L’OMS a soutenu l’élaboration d’un plan national pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale (Feuille de Route nationale) ; en droite ligne avec ce plan, l’OMS apporte un appui au repositionnement de la planification familiale dans les services de santé reproductive, dans le but d’augmenter la prévalence contraceptive. L’OMS joue actuellement un rôle principalement technique dans la planification familiale du pays, en appuyant les efforts et interventions du Ministère de la Santé et des partenaires clés dont l’UNFPA. L’OMS finance la formation de travailleurs de la santé dans tout le pays, et travaille en tandem avec les institutions gouvernementales comme le CONAPO, la Direction Générale de la Santé de la Famille (DGSF), la Direction de la Santé de la Famille (DSF) et le Ministère de la Promotion de la Femme, en menant des actions de plaidoyer et en développant les stratégies officielles de planification familiale, telle l’élaboration du Plan d’Action pour la relance de la Planification Familiale. Les premiers objectifs de l’OMS dans le domaine du planning familial au Burkina Faso est d’augmenter la prévalence contraceptive et d’éliminer les barrières aux services de planification familiale pour les femmes et les jeunes filles dans le pays.

UNFPA


Dr. Olga Sankara
UNF Coordonnatrice, Programme des adolescents sur la santé reproductive et la promotion
Email: Sankara@unfpa.org

Dr. Norbert Coulibaly
Administrateur national de programme de PF/SPSR
Email: Coulibaly@unfpa.org
Portable: 75 87 03 31

Address:
01 BP 575 Ouagadougou 01 Burkina Faso

Tel: 226 50 30 62 39
Fax: 226 50 30 62 40

Le Fonds des Nations Unes pour la population travaille au Burkina Faso depuis 1975, apportant son aide au développement dans les domaines clés suivants : la collecte, analyse et utilisation de données démographiques ; la formation et la mise en œuvre de politiques, plans d’action et programmes pour la population ; la santé reproductive, y compris la promotion de la planification familiale auprès des adolescents et des jeunes, la santé de la mère et de l’enfant, la lutte contre les cancers génitaux féminins, la fistule, et le virus du Sida ; la promotion de la parité et de l’égalité des femmes ; l’éducation dans le domaine de la population dans les secteurs éducatifs formels et informels ; la communication pour le changement comportemental et social et le plaidoyer ; ainsi que le renforcement des capacités nationales

L’UNFPA mène actuellement son septième programme d’aide au développement (2011 à 2015) et constitue le principal partenaire technique et financier du Ministère de la Santé et de nombreuses organisations non gouvernementales dans le domaine de la planification familiale au Burkina Faso. Son programme actuel de planification familiale a trois principaux objectifs : renforcer la capacité nationale en coopérant avec le gouvernement ; améliorer les services de planning familial à tous les niveaux du système de santé en renforçant les compétences des prestataires de services et les plateaux techniques ; et garantir la sécurisation contraceptive du pays en finançant l’achat de contraceptifs et le système d’information en gestion logistique.

L’UNFPA a joué un rôle déterminant en convainquant le gouvernement d’intégrer la planification familiale aux services de santé communautaires et en apportant une aide technique et financière aux activités de planification familiale du pays. L’UNFPA finance le programme de distribution communautaire dans les 13 régions du Burkina Faso, contracté par PADS et effectué par les ONG-RENCAP (ONG de renforcement de capacité) et des organisations à base communautaire d'exécution (OBC-E). Par ailleurs, l’UNFPA finance des activités de création de la demande au travers de la Fondation pour le Développement Communautaire, Population Media Center, Œil des Jeunes et plusieurs groupes de théâtre. L’UNFPA finance également les efforts de plaidoyer de l’organisation Equilibres et Population et de l’URCB, tout en conduisant lui-même des actions de plaidoyer auprès du gouvernement. Enfin, l’UNFPA est le principal partenaire technique et financier du Comité de Pilotage du Plan de Sécurisation des Produits de Santé de la reproduction au Burkina Faso, ainsi que du programme gouvernemental de Partenariat pour le Leadership.

L’UNFPA est le premier sponsor de contraceptifs au Burkina Faso et apporte 5 millions de dollars par an en moyenne pour augmenter l’accessibilité aux services de planning familial dans le pays. Le Burkina Faso est l’un des premiers bénéficiaires du Programme Mondial de Sécurisation des Produits de Santé de la Reproduction. L’UNFPA finance également la formation des prestataires de services, pharmaciens, superviseurs de dépôts, travailleurs de la santé communautaires, et des équipes de formateurs nationaux et régionaux dans les domaines suivants : soins cliniques, conseil, distribution communautaire et logistique contraceptive. L’organisation a développé en collaboration avec le Ministère de la Santé un système d’alerte précoce pour surveiller les stocks de produits de SR, le Système d’Information en Gestion de la Logistique de Contraceptifs (SIGL), ainsi qu’un dispositif de révision périodique appelé des Tableaux d’Acquisition des Contraceptifs (TAC), pour rendre compte des flux de contraceptifs à travers la chaîne d’approvisionnement.

En somme, UNFPA accompagne le gouvernement en collaboration avec d’autres partenaires techniques et financiers, dans l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de ses politiques, plan et programmes de santé et de développement. En s’assurant que les questions de population, d’égalité de genre, de droits humains et de Santé de la reproduction y sont prises en compte.

USAID


Susan Perez
Directrice du Programme de Santé de la Repdroduction
Email: superez@usaid.gov

Address:
USAID/West Africa
Accra, Ghana (USAID/WA)

Tel: + 233-302-741-297

Au cours des 25 dernières années, le Bureau Régional de Santé de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) pour l’Afrique de l’Ouest a soutenu un certain nombre de projets régionaux visant à augmenter l’accès à la planification familiale. Entre 1991 et 1999, l’USAID a financé le Projet d’Expansion des Services de Planification Familiale et de Soutien Technique (Projet SEATS), dont le but était d’aider les ONG à intégrer la planification familiale et autres services de santé de la reproduction dans leur portfolio de programmes. Le Projet Santé Familiale et Prévention du SIDA (SFPS), mis en œuvre entre 1995 et 2003, visait à augmenter la disponibilité et l’utilisation de services de planification familiale/santé reproductive, de santé maternelle et infantile, et VIH/SIDA et autres maladies sexuellement transmissibles (MST) en Afrique de l’Ouest. Les projets Action pour la Région d’Afrique de l’Ouest - Santé de la Reproduction (AWARE-RH) et Action pour la Région de l’Afrique de l’Ouest - VIH/SIDA (AWARE-HIV/AIDS), mis en place entre 2003 et 2008, ont cherché à augmenter l’adoption de politiques et d’approches durables en santé de la reproduction, y compris les infections sexuellement transmissibles, le VIH/SIDA, et la survie de l’enfant en Afrique de l’Ouest. Entre juillet 2009 et juillet 2012, le Projet AWARE II avait pour but de créer une vision commune des priorités de santé dans la sous-région, tout en encourageant un environnement politique favorable à la réplication de bonnes pratiques et au renforcement des capacités africaines de prestation de services. Enfin, le Projet RESPOND, mis en place d’octobre 2010 à février 2013, avait pour but d’étendre l’accès à une large gamme de services de planification familiale, particulièrement les méthodes de longue durée et permanentes, dans trois districts du Burkina Faso : Kongoussi, Koudougou et Diapaga. Dans le cadre de ce projet, des infirmières et des sages-femmes ont été formées à l’insertion du stérilet et des implants.

Le but global sur cinq ans (2012-2017) de la Stratégie de Planification Familiale du Bureau Régional de Santé de l’USAID est de réduire les forts besoins non satisfaits de planification familiale en zone urbaine et périurbaine dans neuf pays de l’Afrique de l’Ouest, membres de la Coalition de Ouagadougou : le Bénin, Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo – avec une attention particulière apportée à cinq pays où la présence de l’USAID est limitée, dont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Niger et le Togo. Les trois objectifs clés de la Stratégie sont : 1) augmenter l’accès et l’utilisation de services de planification familiale de qualité dans les zones urbaines/périurbaines de 4-5 pays francophones de l’Afrique de l’Ouest (prestation de services) ; 2) renforcer l’environnement favorable à l’expansion des services de planification familiale de qualité (politique et plaidoyer) ; et 3) améliorer la disponibilité de commodités contraceptives au niveau national, et répondre aux besoins de services dans les zones urbaines/périurbaines (sécurisation contraceptive).

Actuellement au Burkina Faso, l’USAID/Afrique de l’Ouest soutient les projets de l’USAID suivants :

Enfin, USAID/Afrique de l’Ouest fournit des commodités aux Ministères de la Santé sur demande spécifique ou en cas d’urgence.

Haut de Page