Planification Familiale au Burkina Faso
Recherche

Secteur Public

Retour vers Environnement de l'Offre des Services de PF

Suite à l’adoption de la Politique Nationale de la Population en 1991, le Ministère de la Santé a décentralisé le système de santé en créant des districts et des Directions régions de la santé en 1992 ; 63 districts sanitaires ont été créés sous la direction d’une équipe cadre de district. Des textes ont été élaborés pour régir le fonctionnement de ces districts.

Dans le cadre de la communalisation, il y a eu un transfert des compétences des structures sanitaires périphériques aux communes. La Direction des politiques de population (DPP, Ex Conseil National pour la Population, CONAPO) est l’institution responsable de la décentralisation du programme. En 1996, dans le cadre de la décentralisation et de la déconcentration, le Ministère de la Santé a créé les Directions régionales de la santé (DRS). Les hôpitaux nationaux et régionaux, ainsi que les centres de soins, ont obtenu plus d’indépendance pour contrôler leurs propres finances. La Centrale d’Achats des Médicaments Essentiels et Génériques (CAMEG) a été créée en 1992 pour fournir des produits contraceptifs et autres médicaments aux structures de santé publiques et privées dans le pays.

Avec les efforts déployés par le Ministère de la Santé, il y a un renforcement du plateau technique au niveau intermédiaire et périphérique. Les prestations de PF sont offertes en tenant compte des politiques, normes et protocoles (PNP) des services de santé. Toutes les méthodes contraceptives sont offertes au niveau CHR, CHU et les CMA, mais la ligature des trompes et la vasectomie ne sont pas offertes dans les CM ni les CSPS (seulement les points de prestation de niveaux II et III). L’offre des méthodes contraceptives de longue durée d’action comme le DIU et les Implants dans les CSPS et CM/CMA était formellement autorisée en 2012, mais n’est pas encore opérationnelle sur le terrain à cause de la formation de personnel.

Tableau 1: Résume, l’offre de méthodes contraceptives modernes par niveau de soins selon la LNME de 2012

Niveau d’utilisation
Méthodes Niveau I Niveau II Niveau III
CSPS, Infirmerie, Dispensaire, Cabinet de soins infirmiers, maternité isolé Centres Médicaux, Cabinet Médical CMA, cliniques CHR, Polyclinique CHU
Préservatif masculin X X X X X
Préservatif féminin X X X X X
Pilule X X X X X
Contraceptif injectable X X X X X
Implant Autorisé, mais non encore opérationnel X X X X
DIU Autorisé, mais non encore opérationnel X X X X
Ligature des trompes Non autorisé Non autorisé X X X
Vasectomie Non autorisé Non autorisé X X X

Disponsibilite des produits, 2012, IRSS

Les trois méthodes contraceptives les plus offertes dans les centres de santé sont les injectables, les pilules et les préservatifs. Selon les résultats de l’enquête sur la disponibilité des produits de SR de 2012, 99,5% des formations sanitaires offrent au moins trois méthodes de contraception modernes à savoir les pilules, les injectables et les condoms.

30,1% des points de prestations disposant de toute la gamme complète de produits contraceptifs, selon le type de prestations on retrouve:

En 2012, 25,1% de points de prestations de services n’ont pas connu de rupture de stocks d’un contraceptif quelconque au cours des 6 derniers mois contre 12,3% en 2011, des progrès ont été enregistrés à tous les niveaux: sauf dans la région du Plateau central, du Sahel, du Nord et des Hauts-Bassins.

Le personnel chargé de la prestation des soins de santé est formé en PF depuis l’école de base. Il est formé aussi en cours d’emploi avec l’appui des donateurs afin de mettre à jour les connaissances des prestataires. Dans les zones fréquentées par les équipes mobiles de PF, lesdites équipes suppléent à l’insuffisance des capacités du personnel en place à offrir les méthodes permanentes ou de longue durée. Les produits ne sont pas fournis seulement aux formations sanitaires équipées et disposant de personnel formé. Un échantillon par type de produit est disponible dans chaque formation sanitaire pour les besoins de sensibilisation.

Haut de Page